Statistiques Coronavirus

All countries
95,385,228
Confirmés
Updated on January 17, 2021 10:09 pm
All countries
67,844,339
Guéris
Updated on January 17, 2021 10:09 pm
All countries
2,037,739
Décédés
Updated on January 17, 2021 10:09 pm
All countries
2,037,739
décès du coronavirus
Updated on January 17, 2021 10:09 pm
All countries
95,385,228
Cas testés
Updated on January 17, 2021 10:09 pm

Vous êtes des chiens aveugles qui piétinez nos âmes sur l’asphalte du progrès

Les nouveaux variants du COVID19 sèment la panique à l’OMS.

Un rapport interne supplémentaire pointe du doigt la différence flagrante entre les chiffres officiels du COVID et la surmortalité. On approche bientôt le demi-million...

La deuxiéme vague du #Covid19, c’est maintenant.

Selon un rapport interne du CDC américain, il est "quasiment certain" que la souche anglaise du SARS-CoV-2 est déjà dans tous les états du...

Aux Etats-Unis, 3% des vaccinés sont malades à cause du vaccin avec un impact sur leur quotidien.

Aux états-unis, 3% environ des personnes qui ont reçu le vaccin connaissent des troubles de leur santé qui ont un impact significatif sur leur...

Ce ne sont pas des vaccins mais une expérimentation dangereuse.

La campagne de vaccination pour une maladie qui ne tue pas est une aberration médicale et peut être une violation du code de nuremberg...

Il n’y a jamais eu autant de contaminations et autant de morts du COVID19 dans le monde.

Le coronavirus tient ses promesses. Nous sommes à environ 600'000 contaminations par jour pour 15'000 morts dans le monde... La pandémie continue sa progression et son...

Julie a perdu sa mère en quelques jours.

Après avoir contracté les premiers symptômes du Covid-19, Danielle a été hospitalisée, et à partir de ce moment, dans une violence inouïe et habillée de droit, son corps ne lui appartenait plus.

Julie a pris la voiture pour aller voir sa mère, être auprès d’elle dans ce moment décisif.

Mais le médecin lui a dit qu’elle ne pourrait pas la voir, qu’elle pourrait seulement voir son corps avant qu’elle ne soit mise sans aucune toilette ni soin dans un sac mortuaire.

Elle a donc attendu dans la chambre anonyme d’un hôtel de bord de route.

Elle a regardé la télé, confinée dans son deuil impossible à faire.

Elle est descendue commander un repas, un verre de vin.

Elle a attendu pendant que sa mère attendait elle aussi sur son lit d’hôpital.

Et puis elle a reçu un coup de fil. Elle était morte.

Elle pouvait venir voir le corps.

Ça lui a été présenté comme une fleur, un privilège.

Elle est donc allée voir sa mère, le corps de sa mère encore tiède.

Elle a dû mettre des gants, un masque.

Elle a pu lui dire au revoir, commencer à réaliser ce que notre monde voulait lui voler : aimer sa mère.

Elle est retournée dans sa chambre d’hôtel, toujours anonyme.

Elle a commencé à faire les démarches pour les obsèques : carte d’identité, livret de famille, choix du cercueil, de l’urne.

Elle a appelé plusieurs pompes funèbres.

Elle les a presque toutes appelées.

Elles ont toutes répondu cette même réponse inaudible, impossible, inhumaine.

Vous ne pourrez pas revoir le corps de votre mère, vous ne pourrez pas suivre le cercueil au funérarium, vous ne pourrez pas assister à la crémation, vous ne pourrez pas célébrer les obsèques.

Vous pourrez venir chercher l’urne dans deux semaines.

Il n’est plus question ici de contagiosité. Il n’est plus question ici de coronavirus.

On peut pousser son caddy au supermarché, mais on ne peut pas accompagner le cercueil de sa mère.

On peut prendre sa voiture pour aller travailler, on peut planter des pommes de terre, on peut réparer des voitures, on peut transporter des marchandises, on peut livrer des colis, on peut faire le plein d’essence, on peut prendre l’autoroute, le train, où même l’avion.

On peut quitter Paris, faire une location saisonnière, mais on ne peut pas dire adieu à sa mère,

On ne peut pas assister à sa crémation, on ne peut pas dire lui dire un dernier poème, devant quelques proches réunis.

Ça n’a rien à voir avec le coronavirus. Ça vient de nous, de notre inhumanité naissante.

Nous sommes dépossédés de nos défunts.

L’État et son heuristique de la peur semble avoir conquis le monopole radical de la mort. Et je n’entends aucune voix, aucune rage, aucune fureur monter de la rue.

Et je n’entends aucune plainte. J’ai passé le moment d’émerveillement face au retour de la nature. L’homme ne s’est pas retiré du monde, il s’est retiré de lui-même, il a retranché son humanité. Ne pas enterrer ses morts, c’est enterrer sa vie même.

Julie rentre demain.

Elle ira chercher l’urne dans deux semaines.

Elle ira chercher son deuil, et elle organisera les obsèques quand l’État lui en donnera le droit.

Un corps représente encore une valeur marchande : cercueil, urne, funérarium, prestation des pompes funèbres. Le deuil, les larmes, le rituel, la chaleur humaine, le cœur, l’âme, les déchirements, les déchirures, les cicatrices, les colères, les rages, ça ne rapporte rien, ça ne mérite aucune case dans aucune attestation dérogatoire de déplacement. Mais c’est votre cœur que vous avez déplacé ! C’est votre cœur que vous avez oublié de cocher.

Julie ira faire les courses, elle ira sortir les poubelles, elle ira faire le plein, elle ira peut-être aider aux champs. Son deuil, elle s’en occupera plus tard. Quand elle n’aura plus le temps de s’en occuper. Quand on aura tous oublié, quand on voudra tous oublier. Elle lira un poème, peut-être au funérarium où sa mère a été incinérée. Peut-être qu’on y verra que du feu, qu’on fera comme si sa mère venait de mourir, comme si on avait pu lui dire au revoir, comme si on avait pu l’accompagner, lui tenir la main, la serrer, embrasser son front, comme si on avait entendu son dernier souffle, comme si on avait pu faire son deuil. Mais sera-t-on capable de faire comme si ? Comment osons-nous pousser des caddies et abandonner nos morts ? Comment osons-nous laisser les gens crever seuls ? Comment osons-nous regarder ailleurs ? Qui a l’autorité de nous dire comment accompagner nos défunts ? Qui a l’autorité de nous interdire un geste, un deuil, un murmure ?

Je ne vous pardonnerai pas de laisser crever les morts.

Je ne vous pardonnerai pas d’avoir blessé ma compagne.

Je ne vous pardonnerai pas votre inhumanité habillée d’urgence sanitaire.

Vous voulez que j’écoute les oiseaux, que je regarde les rorquals dans les calanques, vous voulez que je visionne des séries, que je lise des livres. Vous voulez que je médite sur le sens de l’existence. La voilà ma méditation métaphysique : vous êtes des chiens aveugles qui piétinez nos âmes sur l’asphalte du progrès.

Vous êtes les fantômes d’un monde mortifère détruisant nos songes. Vous avez presque le monopole radical de la mort, je ne vous laisserai pas celui de la vie.

Mathieu Yon

Hot Topics

En 2015, une équipe Chinoise se vantait d’avoir crée un nouveau coronavirus et de l’avoir injecté à des chauve-souris.

Ce n'est pas un fake mis le journal télévisé TGR Leonardo (Chaine RAI 3) qui ouvre le 16 novembre 2015 sur une prouesse technologique...

Oui, la méthode du ‘Pr Raoult’ est une faillite éthique et scientifique.

En 2006, l'American Society of Microbiology avait interdit de publication le Professeur Raoult pour des faits d'inconduite scientifique (1) c'est à dire une forte...

Et si on se trompait de maladie ? la piste du microbiote pulmonaire est à explorer.

Une vidéo interessante qui soulève des questions sur le COVID19. Nous voyons un urgentiste américain dire qu'il ne comprend pas ce qui se passe. Ce médecin...

Klaus Puschel, Professeur de pathologie à Hambourg : “Personne n’est mort du COVID19 ici (à Hambourg)”.

Klaus Puschel n'est pas n'importe qui. Doté d'une bonne collection d'article de recherche en médecine légale (1), il n'a aucune raison de risquer sa carrière. Pourtant...

Durant l’hiver 69/70, 31’226 personnes sont mortes de la grippe de Honk-Kong en France

Un article de décembre 2005 de libération (1) retrace l'histoire de la terrible grippe de Honk-Kong qui frappa le monde entre 1968 et 1970. Ce...

Le risque infectieux du COVID-19 n’a rien à voir avec une meilleure ou moins bonne médecine mais avec la génétique !

Note du Prof. Pierre Sonveaux, Docteur en Sciences Pharmaceutiques, Maître de Recherche du F.R.S.-FNRS et Professeur de Pharmacologie à l'UCLouvain: Chères toutes et chers tous, La...

A LIRE ENSUITE ...

Les nouveaux variants du COVID19 sèment la panique à l’OMS.

Un rapport interne supplémentaire pointe du doigt la différence flagrante entre les chiffres officiels du COVID et la surmortalité. On approche bientôt le demi-million...