Les billets de banque et la monnaie sont des vecteurs du coronavirus.

2
815
les billets et la monnaie transmettent le coronavirus
les billets et la monnaie transmettent le coronavirus pendant peut être 17 jours

La Corée du Sud l’a bien compris puisqu’elle chauffe à 150 degrès ses billets de banques et sa monnaie, la Coronavirus se sert certainement de la monnaie pour se répandre.

Ce n’est pas une surprise car dans le passé les billets ont été les vecteurs de maladies depuis leur apparition, et ce sont des articles du temps.ch datant de 2013 (1) et de 2008 (2) qui nous le disent.

La grippe y resterait même 17 jours actives dans l’article 2008.

C’est l’Université de Genève qui dévoilait à l’époque ses études sur le sujet et qui bizarrement n’a pas été interrogé de nouveau dessus avec la pandémie de 2020.

Je ne sais pas si le magazine de Stéphane Benoit-Godet m’en voudra mais je vais faire un beau copier/coller de l’article de 2008 :

Les virologues genevois, emmenés par Yves Thomas, responsable du Centre national Influenza, ont agi sur demande d’une banque. L’établissement, inquiet des possibles risques de pandémie en cas d’émergence d’un virus inédit (aviaire ou non), les a approchés pour savoir si les numéraires pouvaient contribuer à propager l’infection. Il s’échangerait en effet de 20 à 100 millions de billets de banque en Suisse chaque jour, et des milliards dans le monde.

La banque a gracieusement mis à disposition des chercheurs des… moitiés de billets de 50 francs usagés. Y ont été déposées diverses souches de virus grippal conservées en laboratoire (sauf la fameuse H5N1, dangereuse à manipuler), dans différentes concentrations. Puis les scientifiques ont laissé sécher la préparation à température et humidité ambiantes. Ils ont enfin réalisé un état des lieux, en mettant en culture les dépôts viraux. Les résultats étaient parfois surprenants.

De manière générale, la durée de survie augmentait en fonction de la concentration du virus. Les souches «influenza A» (H1N1) – similaires à celles qui sévissent en Suisse cet hiver – et «influenza B» sont mortes dans les heures suivant leur inoculation. Par contre, un des virus «influenza A» (H3N2) utilisé a vécu environ 24 heures, et un autre le triple, lorsque sa concentration était importante. Pire: lorsque ce dernier était mélangé à des sécrétions humaines (mucus), il pouvait survivre deux semaines et demie!

Donc traiter et combattre le coronavirus sans faire comme la Corée du sud c’est un peu comme uriner sur un feu de forêt,cela aura le même effet.

Les communications des organismes comme l’OMS et les mesures prises dans nos pays sont ad minima ridicules mais surtout inconscientes et mettent en danger des millions de gens en leur donnant des indications incomplètes donc trompeuses.

 

(1) https://www.letemps.ch/economie/grippe-passe-billets-banque

(2) https://www.letemps.ch/societe/grippe-diffusee-billets-banque

2 COMMENTS

Comments are closed.