La bataille post-covid en Europe se fera aussi sur le terrain financier : la Suisse doit assouplir ses règles bancaires et financières

0
671
Banques suisses
Banques suisses

Alors que l’Europe contemple sa politique commune comme Napoléon devait contempler le champs de bataille de Waterloo après sa plus grande défaite, la Suisse a un coup à jouer au niveau financier.

Elle a été l’objet d’un harcelement systématique de l’Europe contre ses interêts bancaires et financiers, s’est faite humiliée par les Etats-Unis avec FATCA qui de facto rend le fisc suisse un auxiliaire pur et simple du fisc américain. Elle avait été obligé de signer face au désastre UBS aux USA.

Là, les cartes sont de nouveau rebattues et l’Europe sombre dans un climat depressif qui va rendre les politiques incertaines et va toucher durablement l’économie : beaucoup de gouvernements ont perdu la confiance de leur population et la peur ne fait pas bon ménage avec l’économie.

Les Etats-Unis ne se sortent pas du COVID et plongent dans une mini-guerre civile. La Chine massacre Honk-Kong et le Royaume-Uni n’en finit plus de se sortir aussi d’un COVID qui montre à quel point leur NHS est une honte nationale.

En ouvrant de nouveau à pleine vanne les tuyaux financiers, la Suisse pourrait aspirer une partie des richesses qui n’attendent qu’un endroit calme pour venir.

Hors les règles bancaires prises sous la menace des sanctions des voisins empêchent pour beaucoup de pouvoir laisser cet appel d’air opérationnel.

Il est temps que les autorités suisses décadenassent et profitent de la situation en laissant leurs banques, leurs family office et autres sociétés financières repartirent à la chasse, partout dans le monde.