Klaus Puschel, Professeur de pathologie à Hambourg : “Personne n’est mort du COVID19 ici (à Hambourg)”.

0
14384
Le médecin légiste de Hambourg, Klaus Püschel, était l'invité de Markus Lanz jeudi.© dpa / Christian Charisius
Le médecin légiste de Hambourg, Klaus Püschel, était l'invité de Markus Lanz jeudi.© dpa / Christian Charisius

Klaus Puschel n’est pas n’importe qui.

Doté d’une bonne collection d’article de recherche en médecine légale (1), il n’a aucune raison de risquer sa carrière.

Pourtant lors d’une émission, ce professeur d’université a lancé un gros pavé dans la marre en expliquant que, pour lui, personne n’était mort à Hambourg du COVID19.

Ce médecin légiste qui enseigne la médecine légale à l’université de hambourg dit que les chiffres des dècès sont globalement exagérés car tous les morts qu’il a pu autopsier avaient une maladie grave ou des problémes importants qui à eux seuls pouvaient expliquer le dècès.

En tout cas qu’une grippe “classique” ne les aurait que compliquées – ces maladies pré-existantes.

Il constate lui aussi ce que nous avions constaté en France c’est à dire l’absence d’effets “COVID” sur les statistiques générales de mortalité pour l’instant, (3) même si ces études sont remises en cause par une nouvelle étude (EURO MOMO) qui note une augmentation de la mortaiité toute cause confondue pour les 4 pays les plus touchés en Europe.

En Suisse nous avions aussi noté pour les +65 ans une augmentation de la mortalité par rapport aux années précédentes.

Le fait que les corps soient souvent brûlés – en tout cas en Allemagne – ou que la famille ne puisse jamais revoir le corps (4) ajoute un brouillard de guerre favorable à toutes les théories du complot car il n’y a aucune autopsie dans l’immense majorité des cas pour déterminer la cause de la mort.

Ce sont des mesures classiques face à une infection très contagieuse : les soins mortuaires feraient “sortir” le virus sur les lieux de soins et exposeraient de facto le personnel des pompes funébres.

Nous voyons que le COVID19 continue à passionner les foules et que peu de gens sont daccord sur rien même sur ce que nous prenions comme des faits à savoir le nombre de victimes.

Nous avions déja traité ce point auparavant : (5) et nous ne comprenons pas forcement bien pourquoi on nous menirait “volontairement” pour évaluer à la hausse le nombre de morts.

La peur est facile à installer, difficile à contrôler.

(1) https://www.researchgate.net/profile/Klaus_Pueschel
(2) https://www.merkur.de/welt/corona-lanz-heinsberg-zdf-rechtsmedizin-professor-obduktion-hamburg-studie-tv-these-fakten-zr-13647944.html
(3) https://www.wikihealth.cc/il-ny-a-pas-de-surmortalite-en-france-en-mars-2020-par-rapport-aux-annees-precedentes/virus/coronavirus/covid-19/wikihealth/
(4) https://www.huffingtonpost.fr/entry/quadvient-il-du-corps-en-cas-de-deces-par-covid-19_fr_5e7c77d9c5b6cb08a9286090
(5) https://www.wikihealth.cc/est-ce-que-le-nombre-de-morts-par-covid19-nest-pas-sur-estime/virus/coronavirus/wikihealth/