Coronavirus : soyons sérieux, c’est grave.

0
7151
Courbe suisse des contaminés
Courbe suisse des contaminés

Comme au tout début de la pandémie en mars 2020, la Suisse est fortement touchée par la seconde vague.

Heureusement, il faut bien le dire, contrairement à notre voisin francophone, les responsables politiques et de santé Suisses n’ont pas chômé durant ces 6 derniers mois et le nombre de lits de réanimation a bel et bien été fortement augmenté.

Les courbes ne laissent pas beaucoup de latitudes d’interprétation : plus rien n’est maitrisé.

Nous savons que le lockdown serait une catastrophe économique et sociale impossible à supporter pour un corps social déja fortement attaqué lors de la première phase donc il va falloir courber le dos sans rompre.

Mais la situation est grave.

Non pas à cause du virus lui même qui se soigne “mieux” car les médécins ont appris à mieux diagnostiquer et n’ont plus de retard à l’allumage comme en février / mars .

Mais à cause de l’encombrement des services de réanimation qui va fortement impacter toutes les autres activités de santé importantes pour la population.

A cause des personnels de santé touchés eux aussi par la maladie car on sait maintenant qu’une forte exposition au virus est evidemment un facteur de risques aggravants pour développer des formes sévéres.

Ces médecins sont des combattants sur une ligne de front qui doivent susciter le meme respect qu’on a pour des soldats protégeants la vie de leur famille à l’arrière.

L’attrition dans leur rang va avoir un impact sur la moralité elle-même à terme.

Dans cette situation, le seul réflexe qu’on peut avoir est de faire confiance à nos autorités cantonales pour faire face et à les aider à faire face.

Il n’y pas de complots que pour les idiots qui deviennent juste des fous dangereux : ces gens-là sont à isoler du débat public, ils n’apportent rien d’autres que des doutes inutiles.

Les media ne doivent plus leur donner la parole : pas maintenant.

Le temps médiatique des théories débiles éructées par de sombres abrutis doit se terminer.

Les taux d’occupation des lits en Suisse au 26 octobre sont :